* L’Ecole de la vie, dehors à l’air libre.

Fantasy.
24 avril, 2009, 18:23
Classé dans : Recyclage d'information.

 

Image de prévisualisation YouTube

« Hey Ya » of Obadiah Paker,

 



Bruxelles ou la Suisse.
13 avril, 2009, 22:19
Classé dans : Recitations d'Aventures Voyagistique.

 

_* L‘aventure continue,  » je répond ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages, que je sais bien ce que je fuis, mais pas ce que je cherche ». Je rentres de mon périple internationale. Un regroupement combiné de 4 pays, Estonie, Italie, Hongrie et France à la visite d’un même pays, la Belgique. 

Le fond sonore de ces 4 jour, Notre Dame de Paris. J’en est soulé plus d’un avec cet album, bien que maintenant je dois dire que j’en est fais plus d’un fan. Même Brunel est tombé amoureux de la chanson d’Esmeralda ! Que dire de ce séjour ? Etonnant est le mot le plus approprié. Après avoir entendu dans la bouche de Brunel, 1000 fois pendant le weekend que la France était plus cher que Bruxelles, après avoir testé, et bien non, je reste sur mes positions, la France c’est moins cher que la Belgique ! Et puis il n’y a pas plus de monde la nuit dans les rues de Bruxelles, que dans les rues de Metz. Ceci dit, à Metz il n’y a pas de putes dans les vitrines… Il faut le voir pour le croire, je crois que c’est l’une des principales attractions touristique de Bruxelles. Il faut voir cela avant le garçons qui fait pipi, ou même la grande place, bien que ce soit un lieu magnifique, surtout la nuit.

Nan mais, bon le fait est que notre séjour était très tourné vers le sexe, oui tout ce qui avait un coté sexuel nous attirais le regard ! Ceci dit nous avons également apprécié pas mal de chose à connotation non sexuel comme la bière, ou les frites… (C’est tout je crois ^^).

Mais Bruxelles c’était surtout des phrases chocs et beaucoup de fou rire. Le genre de fou rire qui vous mettes bien, qui vous font vous sentir en vie et pleins de bonheur. Putain ce que j’aime être avec eux, Putain ce que j’aime me sentir en vie, Putain ce que j’aime voyager !

bruxelles022.jpg
 



Chocapic c’est fort en chocolat.
7 avril, 2009, 21:32
Classé dans : Recyclage d'information.

 

_*Je suis scandalisée, outrée, énervée, oui le livingSocial US ne connais pas les Chocapic, certainement les meilleurs céréals au monde !

Je m’explique, voilà ma situation. J’étais avec Max et Julie, plongée dans une stupide application de Facebook, qui consiste à faire des classements débiles sur des thèmes de ton choix. Du type « les pires présidents au monde », ou « tes films favoris », ect… Et c’est là qu’est apparue un drame que je nommerais « Crime contre l’humanité ». 

Je suis tombée sur le classement des meilleurs céréals au monde. Okay, j’étais partie motivée et préssée de faire ce classement qui me semblait de loin être le meilleur de tous. Oui ce n’est pas tous les jours qu’on te propose dévoiller à la terre entière quelles sont tes céréals préférées ! Donc je tape dans la barre de recherche mes céréals préférées, les Chocapic… 

Et voilà qu’on me dit que cela n’existe pas ! Comment ça, ca n’existe pas ? J’ai toute mon enfance qui se trouve dans ce paquet de céréal, comment ça on me dit que ça n’existe pas !? Hein, :@ ? 

5.jpg



Exchange Urban in Metz.
28 mars, 2009, 21:19
Classé dans : Exchange Together.

 

 _* Mon Europe idéal elle est là, entre leurs doigts, dans leurs folies, dans les liens qui nous unisses.

Voilà maintenant 4 mois depuis mon première échange européen, et le sentiment que j’éprouve aujourd’hui est le même que celui qui m’a tenu pendant plusieurs jours après notre Echange autour de la Saint Nicolas. Le manque, le manque me ronge, il me tue. Vivre des expériences comme ça, aussi intense, aussi forte. Être durant 7 jours avec des gens merveilleux, des gens fabuleux, et puis plus rien, c’est dur. Le retour au quotidien n’est pas évident. Bien que le quotidien chez moi n’existe pas… être seule dans mon 9m² c’est tout aussi difficile après avoir vécu 7 jours en collectivité. A tel point que je n’arrive même plus à dormir, malgré mon extrême état de fatigue. Ne plus entendre tous leurs bruits, leurs rires, ne plus entendre parler anglais, espagnol, estonien, hongroie, ne plus faire nos energizer, ne plus manger de soupe, ne plus boire, ne plus être au final. 

Ce sont ces expériences qui font grandir, qui font découvrir de nouvelles personnes, qui nourisse de nouveaux rêves, de nouvelles victoires.

Aujourd’hui j’ai mal, j’ai le sentiment que plus rien ne pourrat revenir comme avant. J’ai le sentiment d’avoir briser quelque chose qui m’empêche de continuer à vivre sans craintes, de vivre comme avant. J’aime tellement les êtres humains, j’aime tellement les rencontres que je fais, que je ne peux plus vivre comme avant. J’ai trop appris depuis que je suis arrivé sur Metz, que personne ne peut dire : Marine tu es la même.

Et maintenant j’en suis venus à un point que je suis prête à tout laché pour vivre encore et toujours ce genre d’expérience. Je ne peux plus m’en passé, c’est tellement bon, c’ést tellement beau, c’est tellement mieux que tout, que rien ne m’empêchera de faire ce que j’ai derière la tête.  

Jamais 2 sans 3, alors je sais que l’on se reverra tous pour un nouvelle échange. Pologne, Macedoine ?

Mena et Max.

Mena et Max.



London, Third/Fourthday.
26 mars, 2009, 21:16
Classé dans : Recitations d'Aventures Voyagistique.

 

_* Quand Amandee m’a demandé ce que je voulais visiter en venant sur Londres, la première chose que j’ai dite avant même BigBen, c’était le Grand parc avec les écureuils.

Nous partons donc en direction de Hyde Parc, pour prevenir les petits écureils de notre présence. Mais le plus drôle ce n’était pas tant d’essayer d’attraper les écureuils avec des SpécialK, nan, le plus drôle c’était de suivre une nana qui tentait de faire du roller, à 4 roues tout de même. On s’est même caché derière des arbres pour pouvoir la filmer tellement c’était drôle. Et comme d’habitude, Biloutee et moi avons « dégoutées » devant des canards et des oies moches et laides au possible. Ensuite nous sommes allés à Buckingham Palace où nous avons retrouvés Marie et surtout pour voir les gardes faire leurs petits tours de dégourdissement de jambes, trop militaire à mon goût. Et là, l’erreur fatal c’est produite, Marie avait faim, pour ne pas changer. Nous sommes donc allé au MacDo après 6 mois d’abstinence pour ma part. Un vrai crime pour la communiste de GreenPeace que je suis. Ceci dit, la vie à Londres ce n’est pas accessible pour les pauvres et mon ventre criant également famine, je ne pouvais faire autrement que de faire comme tous ces moutons que je critique tant, manger au MacDo. 

Je ne me souviens plus exactement comment ce sont déroulés ces 2 journées, mais je me souviens à peu près de tout ce que nous avons fais. Entre le repérage de la robe de mes rêves, notre difficulté à trouver Lush, le bonhomme gonflable qui nous à poursuivie, la visite à CamdenTown, le KFC, les Ben’s Cookies, Horse Guards, l’interminable attente pour aller en boite…

En tout cas je peux dire une chose, oui, Nous sommes allés au NationalGalery et juste pour cela, Merci les Filles. Parce que me faire un musée gratuit avec du Picasso, du Rembrandt, Botticelli et Monet, c’est juste la classe.  Nan mais j’avais le SunFlowers de Van Gogh devant mes yeux ! Bon je sais les filles, vous ça ne vous existes pas vraiment… 

Bon Biloutee, j’attend ton aide et le reste des photos.

cimg3639.jpg



London, Seconday.
24 mars, 2009, 22:15
Classé dans : Recitations d'Aventures Voyagistique.

 

_* Je ne sais pas si je devrais raconter mon arrivé à Londres maintenant ! Parce que je n’en dirai rien de positif et comme je suis de nature optimiste, j’espère que cette situation va s’arranger.

En sortant de King Cross je comprend vite que mon séjour va me coûter cher ! Avec Amandee et Biloute on va changer mes 100€ en 90pound, je perd donc au change, j’ai la rage. Puis on va acheter ma carte de transport : 18pound pour un weekend ! (Je raconte tout ça chronologiquement et linéairement parce que rien de ce que j’ai pu voir, à part les bus, ne ressemble à Londres. Et que tout ce que j’ai vu de Londres pour linstant me fait plus halluciner d’éffroi que d’émmerveillement). Il est tard, j’ai faim et je suis crevée. On décide de se diriger vers l’auberge où l’on devait dormir. Amandee et Biloute avait été la reperer rapidement quelques heures plus tôt, histoire qu’on ne passe pas toute la soirée à la chercher. Belle initiative, parce qu’au final ce n’est pas dans cette auberge que l’on dormira (?) Le mec de l’acceuil nous fait comprendre qu’en faite aucune reservation n’avait été faite à notre nom, et que l’agence par laquelle on était passé pour faire cette fameuse reservation nous avait joliment arnaquée ! Okay, le séjour commence bien, j’ai donc perdu 10% de ma reservation dans l’immensité « attrape couillon » qu’est Internet ! J’ai la rage. Bref, on paye notre réservation et le mec nous indiques l’endroit où nous dormirons. 15 Minutes de bus, dans un quartier craignos au Nord de Londres, le genre de quartier où tu préfères rester chez toi le soir plutôt que de te risquer à descendre les poubelles. On ne trouve pas notre « auberge », Amandee décide d’aller demander au « Pizzas Hut » s’ils connaissent cette auberge. Avec Biloutee on reste dehors, intrigués par cette endroit qui fesait bien partie de Londres.On commence à triper, on regarde autour de nous et je m’arrête sur un espèce de batiment moche et délabré, « t’imagine Biloutee on dors là dedans ? ».  Et ba ça n’a pas loupé, on a dormis dedans. Je vous jure, cette auberge était digne d’un film, un peu plus et Julien Courbet pouvait intervenir ! Un taudit, tu sentais en montant les escaliers que de l’étudiant en galère vivait là dedans. Il m’a suffit d’ouvrir la porte de notre « chambre » pour comprendre qu’ici, les gens n’étais pas là en tant que touriste, mais en tant qu’habitant. Il n’y avait aucun lit de libre pour nous, pourtant c’est bien là qu’on allait dormir cette nuit ! Il était 2h du mat, et personne n’était dans la piole. Alors avec Biloutee on prend l’initiative de liberer un lit pour pouvoir dormir dedans. Je regarde vite fait si c’était des Français qui habitaient dans la chambre, ou des Espagnols (on ne sais jamais !), et ba non, c’était des Allemands, putain ! A cette découverte, en plus de leur prendre un lit, on leur pique deux couvertures ! Ce qui à mes yeux était tout à fait normal, à défaut de ne pas prendre deux lits, on prend deux couvertures, et puis Merde, c’est des Allemands ! Je dors mal, j’ai peur que les Allemands nous dégages parce qu’on dors dans un de leur lit, mais au final tout ce passe bien, hormis un jolie « FuckingFrench » en guise de bienvenue.

Le matin on rejoint Amandine à Boroug Station pour retourner à l’auberge du début, pour tenter de ce faire remboursser notre réservation, c’est mort je ne dors pas une nuit de plus dans ce truc. Et par miracle ça marche, la recptionniste nous remboursses la totalité de notre reservation. Okay c’est cool, la journée peut commencer ! Enfin on va voir Londres.

 

cimg3619.jpg



London, FirstDay.
5 mars, 2009, 20:20
Classé dans : Recitations d'Aventures Voyagistique.

 

_* Récit du 27 Février 2009, « A bientôt Metz, Bonjour Londres ».

Il est 6h55 et je repars à l’aventure, direction Londres. Et je me rend compte que j’ai déjà oublié des trucs chez moi. Mais à priori j’ai l’essentiel : Carte d’identité, réservations, billet de train, culottes de rechange et brosse à dents. Selon Julie c’est le minimum syndical. Avant d’arriver sur Londres, je fais une grande halte à Paris pour passer la journée avec Marie. Faire la parisiènne. Ma première idée était de faire mon stéréotype de la parisiènne, c’est à dire la pouf : Lunette de soleil, Sac Longchamp et Cigarettes.  Mais ça ne convenait pas à Marie, pi à moi non plus au final ! Alors une seconde idée est venus à moi, les copines clochardes qui chantent dans la rue que ce monde ne les auras pas. Je devais écrire les paroles et Marie devait faire la musique. Mais ils me semble que dans mon organisation j’ai oublié les paroles !

J’arrive sur Paris vers 8h, après mettre enfilé en une lampé mon expresso à 2€, je me dirige vers le métro, pour rejoindre Marie à la JOC, du moins j’essaye. Parce que deux métros me passent devant la tronche sans que je puisse monter dedans, pas parce que je suis trop lente, nan c’est juste que j’étais sidérée par la rapidité des parisiens à se jeter dans le métro. J’en est donc pris de la graine avant de me propulser dans le troisème métro. J’arrive à la JOC, c’est un peu viellot, c’est un mix entre le Creps de Nancy et un internat. Mais c’est chaleureux, et les potes de Marie on des têtes qui mettent en confiance. Tu sens que tu peux parler de répréssion policière sans retenue.

On met en place avec Marie un rapide programme pour la journée et c’est partie. Bilan, on a vu la tombe de Marie Trintignan, on a beaucoup marché, on a vu des culottes super sexy, on a étes au Starbuck Coffee pour rapeller à Marie que le lait ce n’est pas bon pour elle et pour se faire remettre au statut de « jeune cliente Starbuck » par une gamine de 8 ans.  On a rigolé avec le dialogue du chien qui veut prendre, on a eu le temps de presque louper mon Eurostar, on a beaucoup parlé, on a surtout beaucoup parlé. 

Mais me voilà dans cette Eurostar et il est 22h39. Selon ma reservation je suis sencé être déjà à Londres, :O. « Mais y aurait-il un décalage horraire à Londres ? ». Petit Bilan avant d’arriver à Londres :

- Je n’ai pas de nouvelle des Filles ; 

- Je n’ai pas changer mon argent ;

- Je suis en face d’un couple de Français qui vient de se siffler une bouteille de Champ’ ; 

- Je ne sais toujours pas où je vais dormir ; 

- Je suis fatiguée et j’ai faim, mais heureusement Ben Harper est toujours là pour moi, en fond sonore, l’Homme de mes aventures.

De toute façons, je me dis que quoi qu’il se passe à Londres, je suis sur ce siège, dans cette Eurostar que je pensais ne jamais avoir.

cimg3609.jpg

 



Tomorrow direction London.
26 février, 2009, 23:18
Classé dans : Recitations d'Aventures Voyagistique.

 

_* Vers la route du Départ. Un nouveau Pays pour une nouvelle Ville, Londres. Rejoindre Amandee dans la conquête de son rêve avec Biloutee. On la dit, on le fait. Demain on sera à Londres, coute que coute. Parce que comme tout départ il y a des galère d’avant départ. Toujours, c’est un rituel auquel personne n’échappe et encore moins moi. Il y avais eu les galères d’avant départ pour Séville, maintenant c’est Londres.

Il n’y a seulement eu que hier où j’ai commencé à me soucier de mon mode d’hébergement à Londres, Grave erreur ! En faite dans ma tête, j’avais déjà l’auberge de jeunesse tout frais payé, mais seulement dans ma tête. La réalité était tout autre, puisque dans cette auberge il n’y a actuellement plus de place. Donc panique total, je pars à la recherche d’une autre auberge, que je ne trouve pas dans des prix Acceptables pour une étudiante sans soux’. Heureusement  Biloutee est arrivée à notre rescousse, et nous trouve une auberge dans nos prix et à proximité du centre de Londres. J’entame donc une réservation, qui devient officiel, mais seulement pour quelques heures. Oui, jusqu’au coup de téléphone de cette fameuse auberge de jeunesse, qui nous annonce qu’il n’y a plus de place et donc quelle transfert notre réservation dans une autre auberge de Londres plus au nord. Ouèp’, donc en gros pas à coté du centre… Ce qui est intéressant c’est qu’à l’heure actuel je ne sais toujours pas où exactement ma réservation à été transféré. Ce qui est plutôt embêtant puisque j’arrive sur Londres vers 22h…

Au mieux, je me dis que Londres ce n’est pas la France et donc que si je dors sur un banc, je n’aurais pas une bande de CRS qui m’attendras au petit matin. 

londres.jpg

 



Un Lundi soir avec Julie suivie d’un Mardi matin.
24 février, 2009, 11:14
Classé dans : Recyclage d'information.

_* L‘euphorie de la fatigue certainement. D’ailleurs, Julie rigole juste à lire cette phrase. D’ailleurs à relire cette phrase, l’euphorie de la fatigue fait qu’elle n’est pas française. En fond sonore, une scène de bataille de Braveheart. Julie me confesse qu’elle veut se marier avec un écossais pour avoir dans la cathédrale, des hommes qui jouent de la cornemuse en kilt. C’est un rêve comme un autre, c’est respectable ! Oui en effet Julie tu n’es pas utopiste, mais réaliste, tout est possible, tout est réalisable !

Mais Julie me rappel qu’à la base je voulais écrire mon article pour me foutre de la gueule d’un mec de Facebook, alors je me rattrape, et je reprend mon article la où il en était. C’était à dire à l’euphorie de la fatigue.

Un mec que je ne connais pas, et venu me voir sur la messagerie live de Facebook. Ce qui est cool avec Facebook, c’est que tu as toujours plus d’amis que dans la vie réelle. On engage alors une conversation des plus étrange ou drôle, aux choix.

Gatoussi = cc

Moi = dd

Gatoussi = mm, je tu coner ?

Moi = Nan moi pas coner.

Gatoussi = ta vesite jam djerba

Moi = haaa I don’t speak french ?

Gatoussi = tu rigol

Moi = you don’t speak french ? Haaa’

Gatoussi = yes, if you whant speak englich no problem

Moi = Okay but you speak french, you are french, because your Facebook is in French !! ;)

Gatoussi = yes and now ??? look him tunisien mean and i live in djerba.

Moi = Okay.

Gatoussi = and you, i see your foto naw.

Moi = In Metz, it’s in France ;)

Gatoussi = oooooooo alore tu rigol

Moi = oui’

Gatoussi = pourkoi, regard je parlle 5 lengue et de + le frencer. Tu c tu é charment

Moi = Ha merci, mais tu habites en France sérieusement ?

Gatoussi = non c pas toi c ton amie, hahahahaaa

Moi = hahaha, je te la présenterai à l’occasion.

Gatoussi = non je rigol, ta jamé visiter djerba ?

Moi = Nan’

Gatoussi = bin tu pence.

Huum’ comment définir cette conversation ? Monosyllabique Et j’ai passé une bonne nuit, Merci Julie pour le remède. Walt Street j’arrive !

 

L'Homme.
 



Alors Marine, Ces vacances ?
22 février, 2009, 20:06
Classé dans : Recyclage d'information.

_* Je répondrais à cette question par un mot court pour signifié l’extrême rapidité de mes vacances, ainsi qu’un mot ‘endormi’ pour mettre en avant mon énorme sièste de cette après midi. Mes vacances se sont donc étaler sur 2Jours que je nommerai Weekend pour plus de simplicité.

Mais pour me rapeller la cruauté de la vie, il y a Bruno, qui en un message… M’annonce sur un air (je n’en doute pas) pleins de bon sens, que demain j’ai ‘cours de Théâtre à 9h, mais que je ne serai pas toute seule puisqu’il sera là’. Merci Bruno d’être là pour moi dans des moments difficiles comme ça.

Et en cet instant dans ma tête se déroule alors un combat difficile à gérer, le coté obscur de la force prend le dessus sur mon âme pure de jeune étudiante. Oui, demain je commence donc à 9h… Mais, ma soeur qui est venu me voir a ramené les 6Dvd de StarWars. Je pense que tout le monde comprend le combat qui se déroule dans ma tête… Oui, C’est pas qu’Ewan McGregor est Sexy, m’enfin il est quand même super Sexy. Je suis obligé dans voir un ce soir… ou peut être plus… Et puis dans mes plans de départ, je voulais me finir le reste le lendemain matin, :S. C’est frustrant, en un message j’ai l’impréssion de remettre toute ma vie en jeu.

Comment ça s’apelle déjà, Ha oui, Un ascensseur émotionel.

obionejedi1.jpg


1234

Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
high school musical et camp... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Millenium Development Goal
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres