* L’Ecole de la vie, dehors à l’air libre.
  • Accueil
  • > Recitations d'Aventures Voyagistique.

If the life is terrible, the days can be beautiful.

 

_* Je me suis jetée dans la marche. Voilà plusieurs mois qu’un vent européen tourne autour de mois, et voilà plusieurs mois que je virevolte à gauche à droite. Je ne sais pas où je vais, je ne sais pas ce que je veux, mais je sais ce que je fuis. Aujourd’hui je me sens seule. Un espèce de truc sans nom c’est installé entre mes deux poumons, à coté du coeur, le long de ma gorge. Je fume, j’écoute de la musique, j’essaye de travailler, je mange, mais rien ne passe. J’ai les mains qui tremble, et chaque musique qui j’écoute me raccroche à un souvenir. La mélancolie m’attaque. 

Il fait moche aujourd’hui à Metz. Simone est partie ce matin très tôt. Quelques jours plus tôt c’étaient Marek, puis Esra, Jan, pour finir par Ma Greta

L’appartement retombe à 5. On ne parlera plus anglais avant Octobre, et nos soirées prendront un air de déjà vue.
5976120342248120410978624746377666557158n.jpg

Un enchainement de bons moments, des moments de vie, des petits riens qui te rappelle comme la vie peut être belle. Une journée à Paris à chanter « Don’t let me down ». Une couverture, des mirabelles et des rires. Du soleil et des coup de soleil, du vin, un picnic, un trainning course, des goûts differents, différents languages. Profiter de chaques instants comme le dernier. Etre sur le balcon à regarder les étoiles, et l’esprit en Jamaica. Prévoir notre prochaine rencontre et se juré une amitié éternelle. 

Mon esprit est devenue frivolle, et le temps de prendre des responsabilités ne m’atteind pas encore, de quoi faire péter un cable à ma mère. 

Oui je sais maintenant j’ai 20 ans. Putain 20 ans. Je viens de lacher mon 1. La crise de la vingtaine vous connaissez ? Et ba’ je suis en pleins dedans, remise en question d’un avenir qui n’arrivera peut être jamais ? J’y pense. Reprendre mes études, mettre mes rêves et mes envies de coté, peut être. Est ce que je tiendrais ? Moins sûr. 

J’ai tellement prit goût à la vie, aux rencontres, aux instants magiques, aux rêves, au voyages. Qu’à cet instant précis où j’écris ces lignes, je sais qu’il faut que je parte. Courir après la vie, quitte à me perdre. Quitte à tout perdre. Personne ne peux imaginer qu’elle sensation tu éprouves quand tu es à Metz le matin et à Rome le soir avec tes amis. Ces amis qui aujourd’hui ont redessiner ton avenir et ta conception de la vie.

Qui aurait cru qu’en arrivant à Metz j’allais trouver ça ? Je m’imaginé juste faire ma licence Art du Spectacle, faire du Théâtre toute ma vie. Et puis c’est tout. Au final j’ai trouvé bien plus. Qui pourrait échanger cet vie, contre des responsabilité et une vie d’adulte.

Je suis Peter Pan, Gogol ou Willy Fog. Je suis tout ça en même temps. Mais je suis surtout une enfant, qui rêve, qui aime et qui ne veut pas grandir. 

677611828718474511097862474568299461592n.jpg

 



What Else ?

 

_* Cela fait plusieurs fois que j’essaye d’écrire quelque chose sur ce blog, ce n’est pas l’envie que me manque, parce que j’ai pleins de chose à dire, pleins de voyages et d’aventures à écrire. Londres, Rome (encore), mes échanges européen, ces nouvelles rencontres. Mais je n’arrive pas à raconter.. C’est toujours dur de retranscrire la réalité sur un clavier d’ordinateur ! Et puis c’est tellement mieux quand tu l’as sous les yeux, quand tu le vie, que je n’arrive pas à raconter. 

Si je suit le déroulement de mon « été », je suis partie 5 jours à Londres, avec Soph’. 

Puis 1 semaine en Echange européen avec une réelle troupe de Gogols !

Ensuite direction Lenola, pour 1 échange européen sur l’immigration, pour finir par 4 jours à Rome.

Et me voilà maintenant devant mon ordinateur, chez mon père, à attendre Biloutee et Amandee.

Peut être que l’envie de raconter mes aventures me viendra demain…! Surement.



Roma
9 juillet, 2009, 21:58
Classé dans : Exchange Together.,Recitations d'Aventures Voyagistique.

 

_*Je rectifie, je dois absolument vous raconter quelque chose sur mon voyage à Rome : Mon dernier jour à Rome.

Je venais de rentrer de Lenola, direction la maison de Miranda. Là déjà c’était un problème puisqu’il fallait que j’aille de Termini Roma à la maison de Miranda et ce n’est pas forcement la porte à coté. Mais j’ai un grand sens de l’orientation (véridique) ou une grande envie de survivre, je n’ai donc pas eu trop de mal à trouver la maison de Miranda. (J’ai bien dis que je n’ai pas eu trop de mal, parce que je me suis quand même trompée de porte, :/).Ceci dit, Miranda, Betta et une bonne douche m’attendait, car je venais de passer la journée à la plage. Le temps passe, les pâtes se préparent et se mangent. Il est déjà temps pour moi de partir avec Miranda à la recherche de mon bus pour aller jusque Ciampino Airport. Miranda à beau insister, il est hors de question que je monte sur le scooter de Betta ! J’ai vu Miranda en tant que pietonne, j’ai vu Rome, j’ai vu Eugenio qui conduit.. Non je ne monterai pas sur un scooter avec une italienne et dans les rues de Rome ! Nous irons donc à pied jusqu’à mon arret de bus.

Nous sommes parties dans la précipitation, et c’est seulement en route, après un bref arrêt dans un bar pour un dernier véritable café italien, que je me rend compte que j’ai laissé mon portable sur le bureau de Miranda. « Putain Marine, ok je vais appelé Betta, elle va te le rapporter avec son scooter, Merde j’ai pas mon portable Marine ». Nous étions donc au milieu de Rome, en trains de chercher mon arrêt de bus, sans aucune idée de l’heure. La Mierdasse. Mais Miranda en tant que bonne italienne commence à demander à tout le monde où pourrait se trouve l’arrêt de bus. Finalement on trouve mon bus, déjà en route pour l’aéroport ! Même pas peur, on fait signe au chauffeur de s’arrêter, on cours après, je dis aurevoir en 2 seconde 30 à Miranda, je saute dans le bus, je paye le chauffeur et je m’assois. Enfin je suis assise, j’ai eu mon bus… presque, je cours vers le chauffeur : « Please open the door, my friend haves my bag with my travel ticket ! » Le chauffeur me regarde interlocé, genre parle en Italien, je comprend pas l’anglais, « OPEN THE DOOR » ! Finalement il ouvre la porte tout en continuant à rouler, je saute au milieu des voitures, en criant « Mirandaaaa » qui était 100 mètres plus loins. »Putain Marine qu’est ce que tu fous ? » / « Mais t’as mon sac avec mes billets d’avion ! », grand moment de fou rire au milieux de la route. Mais le chauffeur me fait signe de remonter dans le bus. j’abandonne donc définitevement Miranda au milieu de la route. 

J’arrive finalment à l’aéroport de Ciampiano, le chauffeur sort du bus et dit aurevoir à tout les passagers. Mais attention, pas n’importe quel chauffeur… le beau chauffeur italien, la petite chemise bleue avec les poils qui dépassent et les lunettes de soleil. Je sors du bus, il me regarde et me sort avec insistence unmagnifique « Ciaaaao », et moi je répond, certainement un peu perturbée, »Ciaa … O »… entre temps j’ai reussi à trébucher.

Toute cette histoire est difficlement imaginable quand on ne la voit pas… c’est pour ça que je ne voulais rien raconter de ce voyage, je l’ai vécu, simplement. 



CIao Bellissimaaaaaa.
8 juillet, 2009, 14:05
Classé dans : Exchange Together.,Recitations d'Aventures Voyagistique.

 

_*Je reviens de mon périple Italien, rouge et heureuse. Oui ça ma fait du bien de voir Miranda, Betta et Francesco. De rencontrer de nouvelles personnes pour parler d’un nouveau projet, celui d’un Echange au mois d’aout à Lenola sur la seconde génération d’immigrés.

Je me sens en vie, et pleine de rêves. Celle de me dire que tout est à porté de mains quand on se donne les moyens de réaliser ses rêves. Cette phrase est floue, elle ne veut rien dire pour ceux qui ne vive pas ma situation. Mais c’est ce que j’ai ressentie dans les rues de Rome, avec Miranda sous 30° à parler de tout est de rien, de notre prochaine rencontre à celles qui nous on reunies. 

Aujourd’hui il pleut à Metz, mais mon esprit est encore sur la plage de Lenola, à me faire dorrer au soleil et à profiter de chaque instant qui m’était impartie. Faire la Baleine dans l’eau, être à Metz le matin, et à Rome le soir avec mes potes. Ecouter de la musique italienne avec l’oncle de Miranda, faire le pleins de café et manger enfin de vrais pasta carbonara.  

Je ne peux pas raconter ces quelques jours à Rome, il faut les vivres.  

pantheonderome6220.jpg

Le Pantheon,



Tallinn, Haaspalu (Estonia) with my Estonian’s Friends.
6 juillet, 2009, 16:19
Classé dans : Exchange Together.,Recitations d'Aventures Voyagistique.

 

_* Comment raconter ce périple d’une semaine en Estonie ? Peut être en commencent par le départ, mon voyage jusque Tallinn… (Mon esprit et mon corps se perdent dans le temps et dans l’espace, je ne sais donc pas quel jour je suis partis, ni à quelle heure, mais les faits sont là). Je suis partie le matin, rendez vous 10h30 avec Taufik avenue Foch, direction Frankfurt Hann ! A Frankfurt nous devions prendre un autre bus pour aller jusque Frankfurt International. Mais c’est à Frankfurt Hann que nous avons perdu un Espagnol, je m’explique. A Metz nous avons pris la même navette qu’un Espagnol (Madrid) qui devait prendre son avion à Frankfurt Hann. Mais mal renseigné sur sa destination et nous posant la mauvaise question, il nous a suivit en direction de Frankfurt International, il était 3.00. Et c’est seulement dans le bus qu’il est venu nous dire paniqué qu’on lui avait donner les mauvaises informations et que son avion décollé de l’aéroport que l’on venait de quitter… Nous mettions 2h pour arrivé à Frankfurt International, et 4h pour lui en comptant son retour vers Hann, son vol était à 4h30, autant dire qu’on lui a fait louper son avion ! 

Finalement ma cigarette à Helsinki j’ai eu largement le temps de la fumer. Mais avant je dois vous expliquer un détail.. Malgrès mes nombreux voyages en avion, et avec les prochains que j’ai à faire, je dois vous dire que j’ai une peur bleue de l’avion. Je fais genre comme ça « J’adore voyager », mais pas en avion. C’est tout un film qui se fait dans ma tête une fois que je suis solidement attaché à mon siège. En réalité c’est plus l’idée de mourire qui me fait peur, que l’idée de prendre l’avion. Alors imaginé ma tête quand j’ai vue l’avion qui nous attendais à Helsinki pour aller jusque Tallinn. Un vieille avion qui ne marche pas avec des reacteurs, mais avec des élices ! Et qui en plus ne fonctionnait pas… Oui une fois dans l’avion, l’équipage nous a fait sortir parce que l’avion avait un problème. Nous sommes donc restés 2h à Helsinki à fumer et à regarder les bagages se faire maltraités par les employés de l’aéroport (Ceci expliquera un autre détail de mon voyage). Nous sommes donc arrivé avec « un peu » de retard à Tallinn, où Mari-liis, Barbara et Kate m’attendaient (Mes potes Estonienne). 

Je n’ai pas vue d’Elan, mais j’ai appris pleins de chose, autant sur L’Estonie que sur le « Youth pass », ma formation à Haapsalu était des plus intéressante. Education Formel, non-formel et in-formel, une grande notion d’Education populaire dans nos échanges et c’est ça qui me plait le plus je pense. Refléchir à des projets d’Echange avec Mari-liis, parler du TUM une petite assos’ etudiante devant des européens, donner de l’importance à nos projets, et ce dire qu’avant tout nous sommes européens et que reunir la Greece, la Poland, la République Tchèque, l’Italie et la France dans un seul et même pays c’est ce qu’il y a de plus beau. On soulève les frontières, on brave les barrières de la langue et l’influence de nos différentes cultures pour regarder dans une seule et même direction, vers l’Avenir !

Autant à Tallinn qu’à Haapsalu, le soleil était au rendez vous et les moustiques aussi. Ce n’était pas une attaque mais une veritable guerre que les mousitques on lancé contre moi. Pas un, pas deux, mais c’est tout le corps qui ai recouverts de boutons de moustiques. Atroce ! Comme quoi il ne fait pas toujours -21° en Estonie.

Malgrès ma Formation j’ai quand même eu le temps de visiter Tallinn, qui fût longtemps sous le joug communiste et qui aujourd’hui veut se réaproprié sa culture et son autonomie, ce qui explique les nombreuses tensions entre la population estoniènne et la population russe. L’Estonie veut retrouver son identité, ses racines, sa culture. Je ne dirais pas que l’Estonie est le plus beau pays du monde et que Tallinn est une très belle ville, mais le choc culturel est tel que se pays m’attire et me passionne ! J’ai hâte d’y partir pour plusieurs mois. 

Lors de mon dernier jour à Tallinn, j’ai revus une copine à moi qui m’a offert en cette occasion du chocolat estonien et une bouteille de liqueur de Tallinn. Merci Anu pour ce beau cadeau que je n’ai malheureusement pas pu profité. Oui, par prudence ou pas, j’ai glissé confortablement ma bouteille dans mon sac, direction la soute de l’avion. Sac que j’ai récupéré à Frankfurt… Ma bouteille explosée dedans ! Je ne dirai pas que c’est de la faute du personel allemand, mais presque.

Encore une belle aventure, en attendant la prochaine.

estonia256.jpg

 Tallinn,

 

 

 



Road Trip with Marie, (Conclusion).
26 mai, 2009, 10:46
Classé dans : Recitations d'Aventures Voyagistique.

 

_* Bon je n’ai pas pris le temps jusqu’à présent de raconter notre viré cyclistique avec Marie autour du Lac du Der. Epopée hallucinante au milieu de la fougère et de la pluie.

Je ne pourrais pas raconter jours par jours, bien qu’il y en ai eu que 3, ce qu’il c’est passé, surtout parce qu’il s’en est passé des choses. Entre les plans que l’on avait oublié dans le salon des filles, nos nouvelles paires de couilles et les pizzas du Croc’ au Der, notre aventure fut excellente.

Mais je crois que la meilleur fut notre cross sur les rives de la Marne, une escapade plutôt musclée où j’ai bien faillit perdre Marie au milieux des orties. Une chute de vélo précédé d’un freinage sec en pleins milieu d’un troupeau d’orties encore jamais conquises. Nous avions décidés d’emprunter uniquement les chemins impraticables. Et bien sûr, ceux qui n’étaient pas sur notre carte. Ce qui nous a valu plusieurs allé/retour, et pour ma part plusieurs grosses frayeurs. Notamment quand nous avons décidés de traverser une espèce de carrière, comme dans les films d’actions où les méchant enterrent les morts. Oui derrière mon sourire se cachait les pires films d’horreurs.

Mais malgré nos atroces nuits de froid sous la tente, l’inconfort et la pluie, je crois que ce Road Trip restera gravé dans ma mémoire. Oui, ça sentait la merde, mais j’aime ça. Faire corps avec la nature il n’y a pas plus Fun. Again.
n1378358832304132494585324.jpg

 



Road Trip with Marie, (Preparation).
7 mai, 2009, 17:03
Classé dans : Recitations d'Aventures Voyagistique.

 

  •  ALLER

Départ de Metz à 8h29

Arrivé à Bar le Duc à 9h23

 Trajet 1 vendredi 8

Bar-le-duc à Giffaumont-champaubert

Via Saint-dizier

50 km

 Nuit du 8 au 9 mai

Camping de la plage à Giffaumont-champaubert

Station nautique (à 200m de la plage !!!)

Animations, ping-pong, bar, laverie, ravitaillement

0608513824/03 26 72 61 84

Emplacement à 4,20euros + 4,65euros par personne (soit 13,50euros la nuit)

 Trajet 2 samedi 9

Tour du Lac dans sens inverse des aiguilles d’une montre (pour éviter de faire plusieurs fois les mêmes chemins)

Escale à Sainte-marie-du-lac-nuisement

38km

 Nuit du 9 au 10 mai

Camping de la plage à Giffaumont-champaubert (pour 13,50euros)

Avec douches chaudes ! huuumm…

 Trajet 3 dimanche 10

Giffaumont-champaubert à Vitry-le-françois

30 km

  •   RETOUR

    Départ de Vitry-le-françois à 18h57

    Arrivée à Metz à 20h14

     

    CHOSES à PREVOIR :

    -deux paires de chaussures

    -vêtements de pluie

    -short (quand il pleut ça sèche plus vite)

    -casquette ou chapeau pour le soleil

    -bouffe (j’ai une bonne partie de ce qu’il nous faut)

    -bouteilles d’eau et bière (j’ai aussi)

    -crème solaire

    -maillot de bain

    -tente (j’ai)

    -duvets (un chacune)

    -appareil photo (ou caméscope si tu te sens le courage de le transporter)

    -chargeur de téléphone (on pourra certainement recharger au camping)

    -ta plus belle robe (pour quand on sors et que y’a des beaux mecs)

    -des clopes (paske même si on est sportives on reste droguées)

    -les cartes et plans des trajets et environs (je m’en charge)

    - Un livre sur les Tsiganes de Jan Yoors.

     

    ADRESSES ET NUMEROS UTILES :

     Numéros des autres camping

    Camping du swing golf, arrigny

    03 26 72 60 34

    Camping du grand jardin, laneuville a rémy

    03 25 55 30 33

    Camping de la cornee du der, sainte marie du lac

    03 26 72 66 23

    Camping l clos du vieux moulin, chatillon sur broué

    03 26 41 30 43

     

    Office de Tourisme du Lac Du Der

    Maison du Lac

    51290 Giffaumont-Champaubert

    03 26 72 62 80

     

    Réparation vélos

    La Pirogue bleue

    Station Nautique

    51290 Giffaumont-Champaubert

    03 26 72 18 60

     

    CS Loc

    Presqu’île de Roargemer

    51290 Giffaumont-champaubert

    03 26 72 32 17

    06 89 62 71 48

     

    Note Spirituel : « Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes [Aventures], que je sais bien ce que je fuis et non ce que je cherche. » , Montaigne.



    La TogetherFeria de Seville
    7 mai, 2009, 9:21
    Classé dans : Recitations d'Aventures Voyagistique.

     

    _* Encore une escapade à noter dans les anales tant le choc culturel fut impréssionnant. La Feria de Seville, à faire et à refaire. Le genre d’évênement tellement magique que tu as du mal à y croire. Au dela de ce que j’avais pu imaginer. Un défillé de robes de couleurs, d’espagnols magnifiquement vétu, d’alcool, de danses, de joie, de bien être. 

    Miranda, Ruggero, JuanK, David, Guillermo, JuanMa, Raul, JuanDiego, Javier, Beta, Carmen, Mari-liis, Julie, Mena et moi, ensemble pour 6 jours. Pour faire la fête, s’aimer, se detester, s’oublier, se retrouver, se lier à jamais. 

    Je ne sais pas si ce qui m’étonnes le plus sont les découvertes et mon trip à Seville, où si c’est le lien qui nous unissent les un aux autres.Quelque chose de magique nait à chacune de nos rencontres, les liens se reserrent à ne plus se défaire.

    Ceci dit, durant ces 6 jours j’ai découvert un autre visage de l’Espagne et de Seville, merci à la télévision espagnol et à JuanMa. Je m’explique. Nous pauvres français à manipuler avec précaution, dorloter dans une douceur d’informations dramatiquement soft, n’avons pas l’habitude d’être confronté à des images visuels durs et choquantes. Moi c’est bon, j’ai passé le cap, après avoir vu aux informations espagnol, une manifestation en Hollande qui dégénère et une corrida plutôt violente, j’affirme que oui en France la télévision emprisonne notre esprit dans le monde fabuleux des bisounours. Ce qui me fait dire qu’avec une télé espagnol on a certainement plus de chance de faire une révolution qu’avec notre télévision française. Ceux qui comprennent mon mode de pensé (Révolutionnairement communiste et anti-télé, puisque anti-sarko) voient où je veux en venir. La manipulation des esprits par les images télévisuels. Je pense clairement que si en France, lors d’une manifestation étudiante, on filmait les clashs violents étudiants/CRS à la télé, rare seront ceux qui diraient : « Oui ce sont les étudiants qui provoquent, non la Police n’est pas violente, elle fait son travail ».  Mais cette note ne me fait que plus aimer l’Espagne et son coté anarchiste longtemps associé.

    Autre remarque, les Favelas de Seville. « Si tu regardes bien, tu pourras voir un âne dans un appartement », des tornades de déchêts dans la rue, les fenêtes bariquadées, délabrés. « Ici, tu ne dois pas respecté les feux de circulation, sinon c’est fini pour toi ». On ferme les fenêtres, les portes, et on trace à la visite du pire quartier de Seville, juste à coté du plus riche. Etonnant.

    Pour autant, Seville (Après la Corse, of course) est peut être et définitivement l’une des plus belles villes qu’il ma été permit de voir. Ces rues, son histoire, l’architecture, ces monuments, la nourriture, nos espagnols, tous les souvenirs qui me rattache à cette ville, les traditions, les fêtes. Bref j’aime cette ville, et je l’aime d’autant plus quand j’y vais pour les rejoindres.

    2804114087295750510978624744092401026733n.jpg

    Mena, Javier et Moi.
     



    Bruxelles ou la Suisse.
    13 avril, 2009, 22:19
    Classé dans : Recitations d'Aventures Voyagistique.

     

    _* L‘aventure continue,  » je répond ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages, que je sais bien ce que je fuis, mais pas ce que je cherche ». Je rentres de mon périple internationale. Un regroupement combiné de 4 pays, Estonie, Italie, Hongrie et France à la visite d’un même pays, la Belgique. 

    Le fond sonore de ces 4 jour, Notre Dame de Paris. J’en est soulé plus d’un avec cet album, bien que maintenant je dois dire que j’en est fais plus d’un fan. Même Brunel est tombé amoureux de la chanson d’Esmeralda ! Que dire de ce séjour ? Etonnant est le mot le plus approprié. Après avoir entendu dans la bouche de Brunel, 1000 fois pendant le weekend que la France était plus cher que Bruxelles, après avoir testé, et bien non, je reste sur mes positions, la France c’est moins cher que la Belgique ! Et puis il n’y a pas plus de monde la nuit dans les rues de Bruxelles, que dans les rues de Metz. Ceci dit, à Metz il n’y a pas de putes dans les vitrines… Il faut le voir pour le croire, je crois que c’est l’une des principales attractions touristique de Bruxelles. Il faut voir cela avant le garçons qui fait pipi, ou même la grande place, bien que ce soit un lieu magnifique, surtout la nuit.

    Nan mais, bon le fait est que notre séjour était très tourné vers le sexe, oui tout ce qui avait un coté sexuel nous attirais le regard ! Ceci dit nous avons également apprécié pas mal de chose à connotation non sexuel comme la bière, ou les frites… (C’est tout je crois ^^).

    Mais Bruxelles c’était surtout des phrases chocs et beaucoup de fou rire. Le genre de fou rire qui vous mettes bien, qui vous font vous sentir en vie et pleins de bonheur. Putain ce que j’aime être avec eux, Putain ce que j’aime me sentir en vie, Putain ce que j’aime voyager !

    bruxelles022.jpg
     



    London, Third/Fourthday.
    26 mars, 2009, 21:16
    Classé dans : Recitations d'Aventures Voyagistique.

     

    _* Quand Amandee m’a demandé ce que je voulais visiter en venant sur Londres, la première chose que j’ai dite avant même BigBen, c’était le Grand parc avec les écureuils.

    Nous partons donc en direction de Hyde Parc, pour prevenir les petits écureils de notre présence. Mais le plus drôle ce n’était pas tant d’essayer d’attraper les écureuils avec des SpécialK, nan, le plus drôle c’était de suivre une nana qui tentait de faire du roller, à 4 roues tout de même. On s’est même caché derière des arbres pour pouvoir la filmer tellement c’était drôle. Et comme d’habitude, Biloutee et moi avons « dégoutées » devant des canards et des oies moches et laides au possible. Ensuite nous sommes allés à Buckingham Palace où nous avons retrouvés Marie et surtout pour voir les gardes faire leurs petits tours de dégourdissement de jambes, trop militaire à mon goût. Et là, l’erreur fatal c’est produite, Marie avait faim, pour ne pas changer. Nous sommes donc allé au MacDo après 6 mois d’abstinence pour ma part. Un vrai crime pour la communiste de GreenPeace que je suis. Ceci dit, la vie à Londres ce n’est pas accessible pour les pauvres et mon ventre criant également famine, je ne pouvais faire autrement que de faire comme tous ces moutons que je critique tant, manger au MacDo. 

    Je ne me souviens plus exactement comment ce sont déroulés ces 2 journées, mais je me souviens à peu près de tout ce que nous avons fais. Entre le repérage de la robe de mes rêves, notre difficulté à trouver Lush, le bonhomme gonflable qui nous à poursuivie, la visite à CamdenTown, le KFC, les Ben’s Cookies, Horse Guards, l’interminable attente pour aller en boite…

    En tout cas je peux dire une chose, oui, Nous sommes allés au NationalGalery et juste pour cela, Merci les Filles. Parce que me faire un musée gratuit avec du Picasso, du Rembrandt, Botticelli et Monet, c’est juste la classe.  Nan mais j’avais le SunFlowers de Van Gogh devant mes yeux ! Bon je sais les filles, vous ça ne vous existes pas vraiment… 

    Bon Biloutee, j’attend ton aide et le reste des photos.

    cimg3639.jpg


    12

    Notre mariage - Il nostro m... |
    CANTERBURY T@LES |
    high school musical et camp... |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Millenium Development Goal
    | Blog du niveau intermédiaire
    | Gregmontres